Activité sexuelle et performance sportive: quelle relation?

Le sport a toujours été considéré comme un allié important du bien-être physique et mental. Faire du sport tout au long de la vie aide à maintenir un corps en bonne santé et en forme et favorise le bien-être psychologique. En plus de renforcer le corps, l'activité sportive améliore l'humeur et réduit le stress. La sexualité bénéficie également d'activités sportives grâce à l'augmentation des endorphines, à la relaxation physique et à l'augmentation de la testostérone, un grand allié de la sexualité.

En fait, la testostérone est une hormone stéroïde produite par les testicules chez l'homme et par les ovaires et par le cortex surrénal chez la femme, qui joue un rôle majeur dans la sexualité. Les faibles taux de testostérone, souvent dus à l'obésité, au diabète, à d'autres problèmes de santé et au vieillissement, sont capables d'interférer avec la sexualité avec une réduction de la libido et des effets négatifs possibles sur les érections masculines.

Mais quel effet l'activité sexuelle a-t-elle sur la performance sportive?

La combinaison du sport et du sexe a toujours créé des incertitudes et des questions. De la Grèce antique à nos jours, la conviction que l'activité sexuelle, la veille d'une compétition, peut compromettre d'une manière ou d'une autre la performance de l'athlète est transmise. L'idée est commune que les athlètes devraient en fait s'abstenir de tout rapport sexuel pour conserver la bonne énergie et maintenir une concentration mentale élevée.

La littérature est rare dans les recherches évaluant le lien entre l'activité sexuelle et les implications possibles pour la performance sportive: seules quelques études et de brefs rapports ont traité de la recherche sur ce sujet, mais sans données évidentes.

Une des premières études sur ce sujet a été publiée dans le Journal of Sex Research et remonte à 1968: dans cette étude, le scientifique Warren Johnson a examiné la force et la résistance des muscles fléchissants des paumes des athlètes le lendemain d'un rapport. sexuelle. Les résultats obtenus ont montré qu'il n'y avait pas de différence avec la condition d'abstinence.

Une étude récente publiée en 2018 dans le Journal of Sexual Medicine traitait de la fourniture de données préliminaires sur les effets de l'activité sexuelle sur diverses mesures de la performance physique, en faisant l'hypothèse que l'activité sexuelle la nuit précédant une course ne causait pas de problèmes de performance. même. Ils ont été pris comme points de repère: activité cardiorespiratoire, résistance musculo-squelettique et temps de réaction en situation d'abstinence.

Les participants ont été soumis à divers tests de performance physique, dans trois conditions différentes: abstinence des rapports sexuels, rapports sexuels avant les tests et séance de yoga avant les tests: les résultats ne font pas état de différences significatives en termes d'aptitudes physiques au travail physique. situations. En particulier, il a été constaté que les rapports sexuels la nuit précédant la batterie de tests physiques ne semblent pas altérer les performances en ce qui concerne la condition d'abstinence et la condition dans laquelle une session de yoga a été effectuée. La seule différence constatée concernait les données selon lesquelles les participants ayant eu un orgasme plus intense et plus agréable lors des rapports sexuels la nuit précédant la batterie de tests physiques ont signalé un niveau de pression systolique (PAS) bas.

L’inclusion de différentes mesures d’évaluation physique et la présence d’une femme parmi les participants représentent l’un des points forts de l’étude qui, malgré quelques limitations, apparaît comme un point de départ pour des recherches futures sur le sujet. La conviction des avantages de l'abstinence devant une compétition sportive, qui a toujours été présente dans le monde du sport, ne semble pas être étayée par des données fiables qui établissent son efficacité d'un point de vue scientifique.

La préconception généralisée concernant les éventuels effets négatifs de l'activité sexuelle sur les performances sportives demeure, même si elle n'est pas associée à des styles et des habitudes susceptibles de nuire à la santé en général. La recherche est encore médiocre sur le sujet, différents aspects ne sont pas encore compris, comme par exemple la comparaison entre différents sports et surtout entre les genres et les groupes ethniques qui éclairera un doute encore présent dans le monde du sport.

Merci pour votre coopération Dr. Giulia Catania