Quelle relation entre sommeil et sexualité?

Le sommeil représente un aspect fondamental de notre fonctionnement biologique et de notre bien-être psychophysique.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, pour dormir environ huit heures, nous devrions dormir; cependant, le temps exact requis pour un bon repos varie d'un individu à l'autre et dépend de différents facteurs, y compris les différents cycles de sommeil et les différentes habitudes.

Des études cliniques ont mis en évidence que les troubles du sommeil à long terme sont à l'origine du développement de diverses pathologies médicales et sont également capables d'influencer négativement l'humeur et la personnalité. La privation de sommeil provoque en fait souvent de l'anxiété et de la dépression et divers problèmes de santé mentale, qui peuvent mettre à rude épreuve le bien-être dans différents domaines de la vie.

Le bien-être sexuel est particulièrement affecté par le sommeil et entretient une relation mutuelle avec lui.

On sait, en effet, que le stress provoqué par la privation de sommeil détermine la suppression, par notre cerveau, de certaines hormones sexuelles dont la testostérone et les œstrogènes, augmentant par contre des hormones comme le cortisol, responsables d'un faible désir sexuel. De plus, la fatigue causée par le fait de ne pas se reposer peut réduire les chances de s'engager dans une activité sexuelle.

Une étude récente menée par l'Université de Lisbonne a mis en évidence comment la privation de sommeil était liée à une augmentation de l'excitation sexuelle. 338 Portugais de la région de Lisbonne ont participé à la recherche, qui ont subi plusieurs mesures d'évaluation, dont l'indice de qualité du sommeil de Pittsburgh (PSQI) pour mesurer la qualité du sommeil subjectif, tandis que pour évaluer l'excitation sexuelle, le désir et anxiété non stimulés un questionnaire spécial a été élaboré. L'étude a confirmé qu'une mauvaise qualité du sommeil était corrélée à une excitation sexuelle non stimulée accrue et que cette relation était principalement liée aux hommes avec des niveaux de testostérone plus élevés et aux femmes avec des niveaux de testostérone élevés qui ne prennent pas de contraception orale.

Ces résultats prolongent les précédents qui montrent que la présence de troubles du sommeil chez la femme est corrélée à une plus grande excitation sexuelle induite par les fantasmes et que l'excitation génitale perçue était plus importante, lorsque la durée du sommeil était plus courte la nuit précédente. De plus, la privation de sommeil chez les hommes augmente l'érection en réponse à l'érotisme.

En outre, une activité dopaminergique accrue semble être un mécanisme par lequel la privation de sommeil paradoxal augmente l'excitation sexuelle. Dans tous les cas, chez les deux sexes, la qualité du sommeil n'a pas été liée au désir sexuel et à la fréquence des rapports sexuels au cours du dernier mois, confirmant ainsi que malgré les corrélations constatées, les troubles du sommeil sont plus souvent associés à des difficultés sexuelles.

L'inconvénient est que le sexe a un effet positif sur le cycle du sommeil. On sait, en effet, que l'activité sexuelle est capable de favoriser le sommeil et d'influencer sa qualité, grâce à l'augmentation des endorphines et de l'ocytocine qui favorisent la relaxation.

Les premières études publiées par Kinsey avaient depuis longtemps mis en évidence une relation positive entre l'activité sexuelle et le cycle du sommeil. En particulier, selon ses études, la relaxation et la somnolence étaient fréquemment observées comme un effet secondaire de l'orgasme chez les hommes et les femmes.

Une recherche récente menée par une université australienne a plutôt exploré la relation perçue entre l'activité sexuelle, la qualité du sommeil, la latence du sommeil et la présence de différences entre les sexes.

778 volontaires ont participé à la recherche, qui ont répondu à un questionnaire en ligne.

Les résultats ont indiqué qu'un pourcentage plus élevé d'hommes avaient perçu une amélioration de la qualité du sommeil après un rapport sexuel avec un partenaire. La raison de la différence entre les hommes et les femmes n'a pas été explorée dans cette étude, mais peut être expliquée par l'écart entre les sexes dans la fréquence de l'orgasme; c'est-à-dire que les hommes, par rapport aux femmes, sont plus susceptibles d'avoir un orgasme pendant les rapports sexuels avec un partenaire.

On pourrait donc supposer que la pratique d'une activité sexuelle sûre et satisfaisante avec d'autres stratégies d'hygiène du sommeil avant de s'endormir offre une approche comportementale utile pour améliorer le sommeil ultérieur.

D'autres recherches futures pourraient donner plus de clarté sur la réponse physiologique liée à la relation causale entre le sexe et le rythme du sommeil.

Je remercie le Dr Giulia Catania pour sa collaboration