Sex – Blog – L’Espresso

La dysphorie de genre est une condition dans laquelle une personne expérimente une différence entre le sexe biologique attribué à la naissance et l'identité de genre ou le sentiment d'appartenance au genre masculin, féminin ou ambivalent. Le malaise causé par le fait d'avoir un corps et une identité qui ne se sent pas semblable au sien tend à entraver le développement complet de la santé sexuelle. De plus, les personnes transsexuelles sont exposées à un risque élevé d'expériences violentes et la transphobie intériorisée est associée négativement à la satisfaction. sexuelle.

Les études sur la santé sexuelle des personnes transsexuelles sont encore peu nombreuses, en particulier celles qui vont enquêter sur les aspects qui précèdent le moment d'affirmation du genre perçu; les échantillons sont souvent petits et il n’existe aucune exploration des dysfonctions sexuelles possibles avant, pendant et après le processus de réaffectation sexuelle.

Une étude publiée dans le Journal of Sexual Medicine a tenté d'évaluer la prévalence des dysfonctionnements sexuels en fonction des différentes étapes du traitement, chez 518 hommes et femmes transsexuels recrutés dans une période allant de 4 à 6 ans à compter du premier contact avec une clinique spécialisé.

Quant aux femmes transsexuelles, quel que soit le type de traitement reçu (hormonal et / ou chirurgical) ou non reçu, le dysfonctionnement le plus important était, avec 29%, celui de parvenir à l'orgasme, suivi d'une difficulté à démarrer et recherchant un contact sexuel (26%), une douleur pendant les rapports sexuels (24%) et, dans la même mesure, un faible désir et une difficulté d'excitation sexuelle (20%).

Destinées exclusivement aux femmes transsexuelles ayant subi une opération de vaginoplastie, elles craignaient les préjugés et les infractions éventuelles lors d'une tentative de contact sexuel, ainsi qu'une difficulté d'éjaculation et la présence de saignements pendant et après les rapports sexuels. .

Chez les femmes transsexuelles n'ayant pas reçu de traitement chirurgical, une difficulté peu répandue mais présente dans les cas de dysphorie de genre est celle de l'éjaculation indésirable, en tant que symbole du sexe de la naissance et non de celui dans lequel elle se reflète. .

En ce qui concerne les hommes transsexuels, la première difficulté concerne précisément le début et la recherche d'un contact sexuel (32%), accompagné d'une peur des contacts sexuels (22%). En particulier chez les hommes qui ont subi un traitement chirurgical des parties génitales, la peur des préjugés et des délits lors de la tentative de contact sexuel et de saignements pendant et après une relation sexuelle est apparue, comme chez les femmes. Dans ce cas également, des complications chirurgicales pourraient entraver le cheminement vers une vie sexuelle satisfaisante, en raison de la perte de sensations génitales qui, dans le cas des hommes transsexuels, se traduit par la difficulté de vivre une réponse érectile autonome comme celle des hommes cisgenres l'identité de genre correspond au genre biologique).

Les transsexuels ont déclaré se sentir inhibés dans leurs relations sexuelles et certains ont le sentiment qu'ils ne peuvent pas profiter de la sexualité en raison de la dysphorie elle-même. Outre la dimension physique, il peut être plus difficile pour les transsexuels de trouver des partenaires qui respectent leur identité de genre.

Les personnes transsexuelles sont confrontées à des problèmes spécifiques pour atteindre la santé sexuelle (socialement et psychologiquement), problèmes qui ne sont pas toujours complètement résolus après une telle réassignation chirurgicale. En fait, en raison de ses limites, il existe une possibilité de persistance de la dysphorie corporelle qui ne parvient pas à dissiper complètement le sentiment de malaise qui y est associé.

Les soins de santé prennent souvent fin après un traitement chirurgical, mais pour beaucoup, l’exploration de la sexualité commence à ce moment-là et il est important de continuer à offrir un soutien par le biais de conseils ou d’une thérapie sexuelle, afin de permettre le développement d’une sexualité satisfaisante. , droit important de chaque personne.

Merci Cristina Cuccuru pour votre coopération