Un médicament contre la dysfonction érectile peut-il améliorer la santé sexuelle d'une femme?

Les femmes diabétiques de cette période historique reçoivent plus d'attention que par le passé en ce qui concerne le risque accru de dysfonctionnement sexuel féminin. On sait maintenant que le diabète peut contribuer à ces troubles par des effets psychologiques, cardiovasculaires et neurophysiologiques.

Les femmes diabétiques peuvent souvent souffrir de troubles de l'excitation sexuelle.

Sur le plan physiologique, l'excitation sexuelle génitale féminine consiste en une congestion du clitoris et du vagin; La tumescence clitoridienne est également due à la relaxation des muscles lisses. Le diabète est généralement associé à l'athérosclérose dans les grandes artères et à la microangiopathie, d'où la thrombose des petites artères et des capillaires. En conséquence, une ischémie chronique des vaisseaux caverneux du clitoris pourrait provoquer une fibrose du tissu caverneux du clitoris et la perte de muscle lisse chez la femme, créant ainsi des problèmes d'excitation.

Des études antérieures ont suggéré que les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (PDE5), les mêmes que ceux utilisés pour améliorer les érections chez l'homme, pourraient améliorer le flux sanguin du clitoris chez les femmes en bonne santé ou atteintes de diabète.

L’objectif de cette étude, récemment menée à l’Université de Catane et publiée dans le Journal of Sexual Medicine, était d’étudier les effets de l’utilisation de ce type de médicaments chez 38 femmes diabétiques et préménopausées, entre 36 les 46 ans, sur la structure du clitoris. La moitié des femmes ont reçu des médicaments inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5, l’autre moitié n’ayant reçu aucun traitement médicamenteux.

Premièrement, cette étude a montré que les femmes diabétiques présentaient des anomalies structurelles dans les cellules du muscle lisse, selon des données antérieures. Ces changements pourraient suggérer que le médicament pourrait entraîner une plus grande relaxation du muscle lisse du clitoris, ce qui favoriserait l'excitation. En outre, un meilleur débit sanguin du clitoris a été enregistré chez les femmes qui avaient pris le médicament, avec une diminution de l'indice de pulsatilité, correspondant au début d'une phase de remplissage de l'artère clitoridienne. L'indice de pulsatilité reflète la résistance au flux sanguin, corrélée aux lésions microvasculaires. Il semblerait donc que la prise du médicament puisse en quelque sorte agir sur ces lésions. La modification du débit sanguin pourrait être l'effet vasodilatateur direct de l'inhibiteur de la phosphodiestérase de type 5 sur les tissus génitaux féminins.

L'hypothèse est donc que ces médicaments peuvent favoriser la relaxation musculaire. Cela concorde avec le fait que les hormones androgènes (liées au mécanisme de la phosphodiestérase) modulent les mécanismes physiologiques des tissus génitaux et de l'excitation sexuelle chez les femmes comme chez les hommes. D'autres études ont également suggéré que ces médicaments pourraient améliorer la vie sexuelle des femmes.

L’importance de cette étude dépend du fait qu’à ce jour, il existe encore des divergences dans la littérature concernant l’efficacité de cette classe de médicaments dans le traitement des femmes souffrant de trouble de l’excitation sexuelle. Cela pourrait également dépendre de la difficulté de diagnostiquer cette maladie. Un traitement médicamenteux prolongé, et non un traitement médicamenteux en cas de besoin, devrait probablement être adopté chez les femmes présentant un dysfonctionnement sexuel, en particulier si elles sont dues à des troubles métaboliques chroniques ou organiques.

En outre, il est utile de souligner comment un traitement intégré, basé sur une thérapie psychosexuelle et un traitement pharmacologique, pourrait être plus efficace qu'un traitement unique contre les dysfonctions sexuelles, chez les femmes comme chez les hommes.

Je remercie le Dr. Stefano Eleuteri pour sa collaboration